Les activistes de 269 Libération Animale sont entendus ces jours au Ministère public de Lausanne concernant l’action directe réalisée en mai 2017 au McDonald’s de Saint-Laurent.

Rappel des faits: au printemps dernier, une dizaine de militants antispécistes a mené une action à Lausanne, plus particulièrement devant et dedans un McDonald’s de la ville.

Une opération qui a été rapportée dans de nombreux médias régionaux, faisant couler beaucoup d’encre (virtuelle) sur les réseaux sociaux, avec de nombreux commentaires dédaigneux et haineux.

En cause, une mise en scène précise de l’action: du faux sang versé sur le sol du fast food, puis l’appel des forces policières par le gérant du lieu afin d’expulser les activistes, restés non violents tout au long du processus. En effet, ceux-ci n’ont agressé personne, physiquement ni verbalement.

Aujourd’hui poursuivi pour « violation de domicile », le groupe d’activistes reste déterminé et continue à mettre en avant les injustices commises au nom de l’exploitation animale. « McDonald’s s’est portée partie civile et réclame 700.- chf de dédommagement », informe Elisa Keller, déléguée de l’association pour sa branche suisse.

L’association compte contester la plainte. Sur sa page Facebook, elle appelle également au soutien des activistes: «Ils feront valoir la désobéissance civile pour la vie des animaux devant les instances juridiques de la capitale vaudoise».

Nos actions sont simplement nées d’un fléau, qui a lieu tous les jours, près de chez nous, et qui fait des millions de victimes. Face à l’urgence du problème, ce n’est pas dans la demi-mesure que nous pouvons rester.
– Elisa Keller, page Facebook 269 Libération Animale, 13 février 2018

Cette désobéissance civile est le fer de lance du mouvement 269 Libération Animale. Celle-ci cherche à créer un débat public sur l’exploitation animale.

Et ces opérations “marquantes” fonctionnent.

En effet, la presse romande et les politiciens n’ont jamais autant parlé du mouvement antispéciste que ces 12 derniers mois, par rapport à la presse française qui mentionne plus volontiers le véganisme.

Depuis les nombreuses interventions de plusieurs associations dans les rues (et les abattoirs), dont bien sûr 269 LA, mais également PEA, plus  récemment Anonymous for the Voiceless avec ses Cube of Truth, et sans oublier l’enquête de Virginia Markus sur l’industrie laitière suisse, le débat est enfin pris assez au sérieux pour s’installer sur les plateaux télévisés de notre région.

 

Commente cet article

Pin It on Pinterest

Share This