Ces dernières années, différents matériaux ont été développé pour enrichir le marché du textile. Entre la fibre de bambou, le LyoCell (issu de la cellulose d’eucalyptus), le SeaCell (à base d’algues), sans compter la fibre de coton, de chanvre, de lin, ou encore le Piñatex, issu de pelures d’ananas, … il est tout à fait possible de trouver des tissus qui ne sont pas issus de l’exploitation animale et qui ne sont pas des produits dérivés de la pétrochimie.

On peut néanmoins souligner l’impact écologique de quelques-uns de ces textiles, dont certains ne sont peut-être pas aussi eco-friendly qu’ils le laissent paraître. C’est le cas par exemple des tissus issus de la tourbe, vendus comme non polluants dans sa fabrication, mais qui interrogent fortement quand on connaît l’impact négatif de la destruction des tourbières sur l’équilibre de l’environnement.

On retrouve ce problème dans la production de cachemire, une matière traditionnellement issue de l’exploitation des chèvres, qui génère la désertification de la province de Mongolie Intérieure

Les problèmes de la production de masse du cachemire. Extrait du Wall Street Journal, mai 2019

Dans une optique non polluante, et végane, la société KD New-York, spécialisée en vêtements de danse, a lancé une campagne de crowdfunding pour des articles en fibre de soja, qu’elle appelle cachemire végétal. Ces fibres sont fabriquées grâce à la revalorisation des déchets issus de la production de tofu. L’idée du zéro gaspillage est excellente!

Crédit: KD New-York

La campagne de financement participatif a d’ailleurs dépassé ses objectifs six heures après sa mise en ligne, ce qui confirme l’engouement de la population pour ce type d’alternative. La société propose ainsi des sweatshirts, des leggings, des shorts, des jambières, mais aussi des robes et des modèles pour hommes.

Selon KD New York, le cachemire végétalien est durable, possède des propriétés antibactériennes et présente l’immense avantage d’être biodégradable. En outre, l’entreprise se charge de l’ensemble de la fabrication. Pour moi, c’est donc un très beau projet.

Seul bémol : les prix restent élevés, comptez jusqu’à 128 dollars pour un pull. Egalement, la plupart des vêtements proposés sont destinés à la danse ou au yoga. Mais il est possible que la société développe ensuite d’autres modèles si le succès est au rendez-vous.

D’après les photos, le tissu semble doux et fluide. Il reste à voir s’il est durable dans le temps et s’il est aussi doux que la firme le prétend.

Crédit: KD New-York

Dans tous les cas, c’est une initiative intéressante qui a le mérite de chercher des solutions viables éthiquement et écologiquement parlant !

Commente cet article

A propos de l'auteur-e

Mlle Tournesol
Mlle Tournesol
Accro aux carottes et au chocolat, j’ai fait des études scientifiques car je rêvais de vivre comme Jane Goodall, entourée de chimpanzés, ou dans n’importe quel espace sauvage. Master en poche, j’ai finalement choisi de vivre en Licornie et de devenir thérapeute, mode de vie plus facilement gérable avec des enfants.

Mes passions sont la nature, la lecture, le développement personnel et spirituel, l’écopsychologie et tout ce qui touche au bien-être en général, autant pour les humains que les animaux. Je milite pour plus de conscience, de paix et d’équité entre les êtres vivants.

Pin It on Pinterest

Share This