Avec la sortie récente du documentaire “The Game Changers”, montrant des sportifs célèbres suivant un régime végétalien, le débat est aux sportifs véganes. En ce qui me concerne, j’ai toujours bougé depuis mon enfance: marches, randonnées en montagne avec la famille, vélo pour aller à l’école, promenades avec mes chiens, badminton entre amis, danse hip-hop…

Je pense que le fait d’habiter en campagne a facilité mon activité physique et m’a poussé à beaucoup bouger. Ma mère a toujours insisté sur le fait de sortir une fois par jour minimum et “d’aérer son esprit”. Je suis allée à pied, puis à vélo à l’école jusqu’à mes 15 ans – j’ai pris le bus pour la première fois à mes 17 ans.

En revanche, toutes ces activités physiques ne s’apparentaient pas à une volonté consciente de “faire du sport”. C’était simplement pour moi un moyen de me déplacer, de m’amuser.

Puis, vers mes 20 ans, j’ai commencé à réfléchir davantage à mon rapport à mon corps et à l’image que je renvoyais. J’ai commencé par suivre des vidéos sur YouTube et à faire du sport chez moi de manière régulière.

Il y a trois ans, je me suis sérieusement intéressée et mise au yoga que j’apprécie tout particulièrement. J’ai suivi des profs sur YouTube, j’ai acheté mon premier tapis de yoga et j’ai commencé à pratiquer dans ma chambre. Une année plus tard, je me suis inscrite en salle de sport, avec l’envie d’expérimenter autre chose et d’apporter une activité supplémentaire.

Parce qu’il faut savoir une chose chez moi: je déteste la routine. Qu’elle soit sportive ou non d’ailleurs. En conséquent, dans mon programme hebdomadaire, je m’accorde une grande flexibilité qui me permet d’avoir toujours autant de plaisir à pratiquer le yoga et le renforcement musculaire (être tonique) qui, je trouve, se complètent bien.

J’assiste parfois à des cours de yoga pour faire appel à des professionnels qui peuvent m’aider à corriger mes postures et m’en apprendre de nouvelles. Et dans ce fil rouge de diversité, j’adore aussi participer à des camps de sports.

L’année prochaine, je prévois d’ailleurs une retraite de yoga (au Maroc ou en Grèce) et pourquoi pas une école de yoga en Inde, berceau de cette discipline.

Aussi, mon programme sportif est le suivant:

Je pratique une activité sportive six fois par semaine: 3 x à la salle de sport (cardio et poids que j’alterne); 3 x du yoga. Un jour de repos “actif”, avec de la marche, ou du vélo pour me déplacer – que je ne compte pas comme une activité sportive volontaire. Il s’agit là simplement d’un moyen de déplacement.

Ma semaine s’organise généralement comme suit:

Lundi: Yoga (cardio optionnel)
Mardi: Fitness – bas du corps
Mercredi: Yoga et cardio
Jeudi: Fitness – bas du corps
Vendredi: Yoga et fitness haut du corps
Samedi: Repos
Dimanche: Yoga, cardio, fitness full body

Mes séances durent une heure environ (rarement plus, parfois moins). Je ne planifie pas vraiment à l’avance. Cependant, je m’inspire beaucoup d’entraînements vus sur des vidéos de Youtubeurs sportifs que je suis. Tout est une question de motivation et d’organisation.

Le sport m’apporte une meilleure gestion du stress, un encadrement, du lâcher prise, une pleine conscience, une clarté mentale, une estime de soi, de la discipline, une hygiène de vie, ainsi qu’un équilibre mental et physique. Le sport, ou devrais-je dire “bouger”, me permet de gérer mon temps. Il fait partie de mes priorités et s’agit, pour moi, avec une bonne hygiène alimentaire, de me sentir au meilleur de ma forme. Il fait partie de ma bonne hygiène de vie.

Je fais donc en sorte de prioriser mes séances d’une heure par jour (ce qui reste totalement raisonnable sur une journée de douze heures) ainsi qu’une bonne alimentation. Il ne s’agit en aucun cas d’une corvée. J’y ai trouvé un équilibre qui me correspond et qui lie sérénité, variété et force.

Je ne me fixe pas d’objectifs particuliers : j’aime voir mon corps évoluer. Je ne fais pas de prise de masse ou de sèche, mais j’aime à repousser mes limites, qu’il s’agisse du yoga où j’essaye de perfectionner des positions et en apprendre d’autres, ou du fitness où j’augmente les charges et les répétitions.

Ma prochaine ambition? Tenter la boxe ou des cours de Pilates. En revanche, je ne suis pas inflexible: si je pars en vacances, si je ne me sens pas bien, je sais écouter mon corps. En effet, le sport m’a aussi appris que le repos est tout aussi important. Et il m’a appris à écouter mon corps davantage.

Évidemment, tous ces états d’esprit sont totalement atteignables sans le sport. Mais ce que je trouve merveilleux, c’est que le sport est multiple, varié et adapté à tous les âges. Impossible de s’ennuyer !

Mon alimentation au quotidien

Je ne fais pas particulièrement attention à ce que je mange en tant que sportive. Dans le sens où je ne mange pas quelque chose de particulier parce que je suis sportive.

Par contre, après un entraînement en salle de fitness, je veille quand même à apporter à mon corps une bonne quantité de protéines et de glucides complets, histoire de garder un bon niveau de glycogène et de reconstruire les muscles (avec le repos). Mais je veille toujours à avoir une assiette équilibrée la majorité du temps tout en écoutant mes envies.

Le maître mot d’une alimentation végétale équilibrée : variété, aliments non transformés et complets, manger en suffisance des protéines, glucides et lipides en fonction de l’activité physique sans oublier la santé mentale, le sommeil et d’autres facteurs qui entrent en compte pour être la meilleure version de soi-même.

En gros: noix, graines, légumineuses, légumes, fruits et céréales, sans oublier les épices et les herbes pour agrémenter les plats. Comme toujours, je me réfère à l’application “Daily Dozen” mise en place par le Dr. Michael Greger à laquelle j’avais fait référence dans mon article sur “Une journée dans mon assiette”.

L’article de Laurence explique très bien le fonctionnement de nos cellules et l’importance de leur fournir suffisamment d’énergie grâce aux glucides (sucres lents et rapides) ainsi que l’apport des protéines. En tant que diplômée en nutrition végétale, je partage son avis et vous invite à vous y référer.

Il m’arrive de faire du sport à jeun ou non. Je n’ai pas spécialement ressenti de différence, si ce n’est un petit peu plus d’énergie si je mange avant, même si cela me demande d’attendre un peu de temps avant d’y aller, ce qui peut être un petit peu contraignant.

Je n’ai jamais été confrontée à des questions quant au rapport entre mon alimentation végétale et mes activités sportives (indépendamment de l’éternelle question des protéines).

 

Ce que je mange dans une journée

Matin : porridge avec des fruits de saisons + raisins secs et graines de chia, pain complet et beurre de cacahuète avec un fruit; smoothie.

Midi : porridge, smoothie composé de graines de chanvre, graines de lin, protéines de chanvre (optionnel), dattes, fruits, lait végétal (fortifié en calcium), flocons d’avoine. Parfois j’y ajoute un beurre d’oléagineux et/ou des épinards frais.

Soir : des féculents de toutes sortes (mes préférés restant la pomme de terre, patate douce, riz et pâtes), chili sin carne, dhal de lentilles corail, pâtes bolognaises, burrito aux haricots rouges, nouilles sautées aux légumes et tofu, hummus et crudités. Toujours beaucoup de légumes (verts, crucifères comme le brocoli, chou-fleur, choux de Bruxelles, mais aussi aubergines, laitue, carottes, etc) et féculents avec une source de protéine végétale (haricots rouges, seitan, tempeh, protéines de soja texturées, lentilles brunes, haricots coco, haricots blancs, petit pois). Une source de bons gras (tahini, noix, graines de courge, de tournesol, de lin) pour assimiler les vitamines et minéraux dites liposolubles et pour réguler les hormones.

J’inclus parfois des protéines végétales crues (chanvre, riz, etc, ou de la marque Vivolife testée contre les métaux lourds et composées d’aliments complets) et parfois des barres protéinées simplement parce que j’aime le goût, et pour apporter de la texture (encore une fois : variété). Sans oublier de prendre ma vitamine B12.

Boissons : je veille à boire assez d’eau et des infusions le soir (la théine diminue l’absorption des nutriments et minéraux notamment le fer et le calcium et peut altérer le sommeil). Je ne bois pas d’alcool, ni de café.

Je pense que l’activité physique régulière est synonyme d’un bon équilibre physique et mental. En effet, n’oublions pas qu’un esprit sain va de pair avec un corps sain. Les deux sont étroitement liés.

Et puis, pas besoin de faire une heure par jour ou d’aller à la salle de fitness comme l’industrie de l’esthétique veut nous faire croire. Pas besoin non plus de se restreindre: mangez mieux, pas moins! Trouvez quelque chose qui vous plaît, bouger quand vous voulez. 

Et ne sous-estimons pas les exercices comme la marche, tout simplement, très adaptée à notre physionomie et biologie. Ou prendre les escaliers, descendre un ou plusieurs arrêts de bus/trams avant, essayer de travailler debout, prendre des pauses, aller aux toilettes les plus loin de là où l’on travaille au bureau par exemple.

 

C’est ici que nous concluons notre série d’articles sur les sportives véganes de la rédac. Retrouve l’expérience de Mathilde et de Laurence. Tu peux nous partager la tienne en commentaire 🙂

A propos de l'auteur-e

Céli
Céli
Passionnée et engagée, aime le yoga, la nature, la cuisine et les voyages. Aime aussi [beaucoup] les carottes, le hummus et les bananes et participe donc fortement au stéréotype du vegan, avec fierté.

Pin It on Pinterest

Share This